Après une victoire sans équivoque de 3-0 contre Ottawa vendredi, le Vert & Or de Sherbrooke a continué sa belle lancée en s’imposant 3-1 contre les Citadins à l’UQAM deux jours plus tard. L’acharnement en défensive, le travail au bloc et les mains magiques d’Emma Bergeron ont ainsi permis aux Sherbrookoises de gagner un 4e match à leurs 5 dernières sorties.

En ce dimanche au Centre sportif de l’UQAM, les Citadins brisaient la glace après la pause des Fêtes. Et ça a peut-être paru à certasins moments. Il y a eu des hauts et des bas dans cette rencontre pour l’équipe locale qui a eu de la difficulté à maintenir une intensité constante face à un Vert & Or prêt à tout pour l’emporter.

Lors de la première manche, la grande différence fut sans contredit le travail de la passeuse du Vert & Or Emma Bergeron. La façon dont elle a su transformer des jeux en apparence anodins en attaques dangereuses était une démonstration claire d’un talent hors du commun. L’attaquante Catherine Lavigne et la centrale Marianne Boucher en ont profité. Premier set 25-17 Sherbrooke.

Au deuxième, les Citadins ont repris leurs sens. Le travail en réception et en défensive a été beaucoup plus solide permettant à Noémie Gagné de trouver Sabrina Mayer et Anica Pineault à profusion. Ce qui est généralement bon signe pour l’UQAM lorsque les deux attaquantes arrivent à déployer toute leur puissance. 25-19 UQAM.

Au troisième, le momentum a changé de côté à quelques reprises. Si Mayer et Pineault ont continué d’être impliquées, Jaël-Esther Telfort l’était tout autant pour Sherbrooke. Le travail défensif, autant en récupération qu’au bloc, a fini par donner l’avantage au Vert & Or qui a mis la main sur le 3e set 25-21.

Sentant leur adversaire avec un genou au sol, Bergeron et sa bande ont amorcé le 4e set en lionnes. L’ailière Camille Thériault a fait l’étalage de toute sa puissance autant au service qu’à l’attaque et rapidement le Vert & Or s’est forgé une bonne avance. À 18-9, puis 24-14, tout semblait dans la poche, mais les Citadins ont connu un regain d’énergie en gagnant sept points consécutifs. Ce ne fut toutefois pas suffisant et les visiteuses ont quitté Montréal avec une victoire en quatre manches bien méritée. À noter qu’Anica Pineault a dû quitter la rencontre au milieu de la manche suite à une blessure à la cheville droite.

« Il y a toujours un petit quelque chose de plus pour nous quand on joue contre l’UQAM, alors on est très fières de notre match d’aujourd’hui », a exprimé Emma Bergeron après la rencontre. Expliquant la bonne tenue de son équipe, elle a ajouté : « Nous sommes allées faire un camp à Cuba pendant les Fêtes. Nos mésaventures avec Sunwing notamment ont aidé à solidifier notre esprit d’équipe qui était déjà bon.»

La capitaine des Citadins, Sabrina Mayer, était déçue du résultat, mais y voyait surtout un retour de vacances. « On a bien joué à certains moments, mais on n’a pas été capable de garder notre niveau tout au long du match. Contre une équipe comme Sherbrooke, tu ne peux pas te permettre ça. »

La blessure d’Anica Pineault ne devrait vraisemblablement pas l’empêcher de jouer les prochaines rencontres. « Je me suis blessée cet été au beach. Depuis le début de la saison, ma cheville était enrubannée et aujourd’hui c’était le premier match où je jouais sans ça. Je vais être correcte, mais je pense qu’on va recommencer à mettre du ruban », a-t-elle expliqué en souriant.

Puis, à propos du match, la recrue Pineault a analysé la défaite avec philosophie. « On a parfois besoin de ce genre de match pour s’assurer d’être réveillées avant les séries. »

Pendant ce temps, les Carabins de l’Université de Montréal ont été surprises par les Gee-Gees d’Ottawa en cinq manches. Ottawa s’imposant 15-13 au set ultime.

Vendredi dernier, en plus de la victoire du Vert & Or contre Ottawa, Montréal l’avait emporté 3-1 contre l’UQTR et Laval a lancé un message au reste de la ligue en battant McGill 3-0. Une rencontre où le Rouge et Or, mené par la passeuse Émie Gaboury ainsi que Justine Raymond et Éloïse Ross-Tremblay, a complètement menotté les Martlets. Victoria Ianotti, l’attaquante étoile, a été contenue à 5,5 points en trois manches. Elle dont la moyenne est de 3,74 par set depuis le début de la saison.

Le classement s’est ainsi resserré et laisse entrevoir une fin de saison enlevante alors que la bataille pour une des quatre places en séries sera chaudement disputée. Montréal mène avec une fiche de 9-3 suivie par l’UQAM et McGill à 7-4. Sherbrooke est maintenant à 6-6 et Laval 5-6. Ottawa 4-8 et UQTR 2-9 ferment la marche.

Les duels Laval-Sherbrooke (vendredi) et McGill-Montréal (dimanche) seront à surveiller en fin de semaine prochaine.