Pour ce début de nouvelle année, dans le basket universitaire féminin et masculin , nous avons eu droit à des matchs fascinants entre les différentes équipes du RSEQ. Voici mes observations et des informations sur deux matchs auxquels j’ai assisté, par les équipes féminines et masculines de l’UQAM et McGill.

UQAM 55 – McGill 48 (F)

J’ai pu assister en personne à ce match au centre sportif de l’UQAM et l’énergie des spectateurs était électrisante. En début de rencontre, après la pause du temps des fêtes, les joueuses des deux équipes étaient visiblement rouillées, car beaucoup de paniers faciles, de lancers francs et de tirs ouverts étaient manqués. Cependant, l’effort des joueuses,  en défense et sur les actions sans le ballon, était remarquable tout au long de cette rencontre.

Les Citadins se sont ressaisis rapidement pour prendre une avance de 10 points à la mi-temps. Leur capacité à chercher les rebonds offensifs, défensifs et forcer les pertes de ballon ont entravé les Martlets durant la première demie. Les jumelles Verrier ont été dominantes ; Fredlyne avec 16 points et 8 rebonds Fredlaine avec 11 points et 6 rebonds. La meneuse Paule-Beline Ibata-Pondza a aussi bien performé avec 12 points et 10 rebonds.

Au troisième quart, Mcgill s’est ajusté défensivement pour éventuellement prendre l’avance par la marque de 42-40. Daniella Mbengo (11 points), Emma-Jane Scotten(6 points) et Stephy Tchoukuiegno (6 points) ont contribué à cet effort.  

Renaldo Maignan, l’entraîneur-chef des Citadins, m’a donné sa perspective sur les difficultés que son groupe a confrontées offensivement durant cette période, dans une entrevue après le match.

« L’exécution. On exploite l’intérieur avec les jumelles, mais parfois, nos ailières doivent être capables de plus s’imposer pour mieux structurer notre attaque. McGill a su tirer profit de nos erreurs, dont nos pertes de ballons et les lancers francs manqués.» – Renaldo Maignan

Cependant, la difficulté des Martlets a créé des tentatives sur la ligne des lancers francs, a été un talon d’Achille durant cette rencontre. Ultimement, les Citadins ont été capables de reprendre le contrôle du match au quatrième quart grâce une meilleure exécution en défensive. Les jumelles Verrier et l’aillière Alexe Dufresne m’ont parlé de leur performance.

« On a eu une bonne semaine de pratique, donc on savait que l’on pouvait commencer en force et bien exécuter. On doit garder l’effort au maximum. Tant que l’on reste ensemble, même quand ça va moins bien, on peut aller chercher une victoire.» – Alexe Dufresne

« J’ai trouvé que l’on a eu une bonne amélioration. C’était compliqué au troisième quart. Je pense que dès le premier temps mort, on a compris que si l’on continuait dans cette voie, nous allions perdre le match. On est revenue à nos bases avec la défense et en allant sur la ligne des lancers francs.» – Fredlyne Verrier

« On distribuait le ballon très bien durant la première demie. La leçon la plus importante de ce match, c’est de garder l’intensité et réussir les tirs faciles.» – Fredlaine Verrier

À mon avis, McGill à tout de même montrer des belles choses, particulièrement en défense. Rikki Bowles, l’entraineuse-cheffe m’a décrit l’effort de son groupe suite à leur défaite.

« Je pense qu’à la première demie, on n’a pas joué avec l’intensité que j’aurais souhaité, donc nous nous sommes ajustées pour revenir en force au troisième quart. Il fallait mettre plus de pression sur le ballon en transition et durant les possessions en mi-terrain. À la fin, nos erreurs (pertes de ballons) nous ont rattrapés et l’on a manqué des tirs ouverts.» – Rikki Bowles

« Je pense que l’on a tout de même montré que l’on pouvait compétitionner avec n’importe quelle équipe dans cette ligue quand on reste concentré et discipliné.», ajoute-t-elle. 

Crédit : Carl R Photo

UQAM 77 – McGill 75  (M)

Ce match a eu une fin spectaculaire et inattendue. À la demie, McGill menait par la marque de 42-30. L’offensive de McGill a été explosive en début de rencontre. L’arrière Samuel Chaput a terminé le match avec 16 points, avec 4 paniers pour 3 points en 7 tentatives. Ses coéquipiers Sam Jenkins ( 19 points et 7 rebonds) et Harris Elezovic (12 points, 10 rebonds) ont  aussi donné du fil à retordre aux Citadins. Ces derniers ont peiné à réussir les lancers francs et les tirs ouverts au début de la rencontre.

Cependant, le groupe supervisé par l’entraîneur Mario Joseph s’est progressivement ressaisi. Joseph m’a expliqué comment son équipe est revenue dans le match suite à leur victoire.

« On n’a pas bien joué défensivement durant les trois premiers quarts. Au quatrième quart, on a joué en équipe en faisant circuler le ballon pour réussir des tirs dans les moments importants. On devait prendre les choses de manière personnelle, avoir les mains actives, collaborer et rester alerte en défense.» explique-t-il.

Bahaide Haidara ( 22 points, 7 rebonds), Kevin Civil (19 points, 5 rebonds, 3 vols de ballon) et Alix Lochard (13 points, 6 rebonds) ont mené la remontée impressionnante des Citadins. Évidemment, mention spéciale à  l’ailier Elie Karojo qui a réussi un panier exceptionnel pour signer la victoire de l’UQAM.

Ryan Thorne, l’entraîneur-chef pour McGill m’a donné sa perspective sur la performance de ces joueurs après leur défaite.

« Nous nous sommes battus sur des séquences, mais sur la durée complète du match. C’est une équipe adverse très talentueuse qui voulait cette victoire et ils nous ont déjoués en transition. On a manqué de discipline au quatrième quart.» explique-t-il.

Ultimement, les Citadins sont loin d’être satisfaits de cette victoire.

«Si tu joues avec le feu, tu vas te faire brûler.  Il n’y a pas d’équipe dans notre conférence qui nous donnera une victoire facile si l’on n’offre pas un effort maximal.», conclut Joseph.

Crédit : Carl R photo