Bol d’Or Division 1: Le temps des Titans

Le terrain de football du Cégep de Thetford peut commencer son hibernation après la gamme d’émotions que ce site a connu tout au long de la fin de semaine dernière. Plutôt que d’utiliser le descriptif que la plupart des médias traditionnels ont déjà couvert, je vous propose une approche sous forme d’observation du match pour essayer de comprendre les jeux clés et stratégies qui ont mené au résultat que l’on connaît.

Un bémol est de mise sur les opinions émises dans ce texte, cela reste avant tout une analyse sommaire basée de simples observations, sans plus. Je salue les vainqueurs et compatis avec les vaincus, pour avoir expérimenté la joie et la déception des championnats durant mes années de coaching. Je vous invite fortement à voir ou revoir les affrontements du Bol d’Or sur le web lorsqu’ils seront disponibles (RSEQ, oui oui c’est à toi que je parle ;)) Si mon analyse peut aider à mettre en lumière ce qui vous aurait échappé lors de l’affrontement, tant mieux. Allons-y dès maintenant avec la Division 1 collégiale.

Crédit photo : Philippe Malo

Bol d’Or Division 1 : CNDF 22 vs. Limoilou 31

Première Demie, 14-12 CNDF

  • La température est sous le point de congélation, terrain enneigé et visiblement glacé ; les changements de direction seront difficiles, les pieds et surtout les mains seront difficiles à garder au chaud.
  • Scénario rêvé pour les négligés Notre-Dame en provoquant et capitalisant sur un revirement au tout premier jeu du match.
  • Visiblement les Titans sont ébranlés, eux qui avaient envoyé l’attaque sur le terrain pour débuter la partie (Les Titans mieux classés avaient le premier choix lors du Coin Toss).
  • CNDF intercepte le quart Ouellette tôt dans le match, le rabat au sol à 3 reprises.
  • Avec des passes imprécises, souvent hautes et hors de portée des receveurs, Rémi Nadeau prend l’offensive unidimensionnelle sur ses épaules pour CNDF. La ligne à l’attaque travaille fort devant lui, le front défensif des Noirs est très actif.
  • On a de la difficulté à garder le ballon en attaque (avec raison) particulièrement à Limoilou en première demie.
  • Progressivement les Titans commencent à se ressaisir et vont prendre les devants, profitant d’un bon positionnement grâce au pied bionique du futur Rouge et Or Felipe Forteza et de nombreuses pénalités majeures du CNDF (5 pénalités pour 75 verges)
  • Jérémy Ouellette exploite le périmètre au sol sur de belles lectures du front défensif qui ne le contient plus, contraint à stopper la course à l’intérieur des porteurs de ballon.
  • Le plaqueur # 95 Thomas Gosselin du Notre-Dame est partout, marquant un touché offensif et ennuie le quart-arrière et frappe les porteurs dans le champ-arrière.
  • Après un ballon échappé par ce même Ouellette tard au 2e quart, Alexis Delisle de CNDF décampe pour une grosse course de 43 verges et le quart-arrière place son équipe à la porte des buts. (elle apparaît au dossier de Nadeau sur la feuille de statistiques, coquille ici)
  • Qui d’autre que Rémi Nadeau pour porter l’avance du Notre-Dame à 2 points en retraitant au vestiaire. Bien que solide jusqu’à maintenant, je m’attends à voir éventuellement Paul Alfred Kamdem comme porteur afin de prêter main forte à Nadeau et changer le rythme (ce qui n’arrivera finalement pas)

Deuxième Demie, 31-22 Limoilou  

  • Scénario rêvé pour Notre-Dame en sortant du vestiaire, une série offensive de 3 minutes magnifiquement orchestrée par Delisle qui accentue l’avance des Jaunes grâce à Samuel Duquet par voie aérienne. Comme dirait le proverbe «  Il faut battre les mains lorsqu’elles sont chaudes. » (ou quelque chose comme ça J) Les Titans manquent beaucoup de plaqués à champ ouvert.
  • CNDF a frappé en double en marquant successivement sur les 2 dernières possessions offensives sans réplique ce qui aurait pu donner le coup de grâce à une équipe avec une confiance fragile.
  • Défensivement, on intercepte une 2e fois Limoilou, gracieuseté du # 21 Isaiah Kozubek dans sa zone des buts sur un superbe catch.  
  • Le vent semble tourner…mais pas pour longtemps.
  • Le ballon change de mains subitement quand un des héros du match, Rémi Nadeau échappe le « précieux », lui qui a déjà plus de 20 portées dans ce match. Il est visiblement amoché et va souffrir de crampes plus tard dans la partie.  
  • Il reste alors 17 minutes à faire. Les Noirs sont parvenus jusqu’à maintenant à rester dans le match tirant de l’arrière par 9 points, ce qui les force à marquer 2 fois.
  • Les Ouellette, Marcotte, Caoile-Buyck et Raphael St-Pierre matraquent sans relâche les joueurs et les espoirs de CNDF au sol jusqu’à la fin, St-Pierre marque 3 touchés en moins de 15 minutes.  
  • Notre-Dame tente le tout pour le tout dans les dernières minutes avec des positions précaires sur le terrain, sans succès.

Observations d’après-match :

  • Le secondeur de Limoilou Justin Cloutier a réussi pas moins de 12 plaqués solos.
  • CNDF a converti 8% de ses troisièmes essais en premier jeu contre 40% pour Limoilou. Difficile de garder un momentum offensif et permettre à sa défensive de récupérer.
  • Les Titans ont plus du double des verges au sol du Notre-Dame (356 vs 167) grâce à une excellente rotation de leurs 4 porteurs, assurant une fraîcheur de ses athlètes.
  • Sans surprise, Rémi Nadeau et ses 174 verges au sol et 1 touché et Raphael St-Pierre (22-127-3 touchés) sont les joueurs du match.

Raphaël St-Pierre / Crédit photo : Philippe Malo

Rémi Nadeau / Crédit photo : Philippe Malo

Après la rencontre, plusieurs joueurs et entraîneurs se sont confiés à Bulletinsportif. Évidemment la mine était basse d’un côté et on vivait l’extase de l’autre.

Marc-André Dion, le pilote du Notre-Dame, était visiblement triste de la tournure des événements, mais il n’a pas manqué de salué les efforts de sa troupe, le travail des entraîneurs et la fierté qu’il avait pour tout le monde, malgré la douleur du moment.

Son collègue Pascal Masson a renchéri en abordant la dose d’expérience que ses joueurs venaient de gagner et le fait que la majorité du groupe de partants serait de retour la saison prochaine.

Le jeune quart Alexis Delisle parlait quant à lui avec un calme olympien de l’expérience qu’il venait de vivre. Triste du dénouement, mais avec déjà le désir de se reprendre l’an prochain.

Dave Parent, l’entraîneur-chef des Titans, Justin Cloutier, Jérémy Ouellette, Raphaël St-Pierre et les frères Déry ont tous mentionné qu’ils n’ont jamais cessé d’y croire, même lorsque le CNDF a inscrit un touché tôt au 3e quart. Le niveau de confiance était très élevé et on a pu le constater quand on voit l’intensité déployée sur le terrain à chaque instant et jusqu’à la toute fin. La course du quart Jérémy Ouellette pour aller gagner un premier jeu au 4e quart où il a absorbé deux solides collisions en a été une preuve éloquente.

Justin Cloutier, le capitaine et grand leader de la défensive des Titans a été celui qui a pris la parole dans le vestiaire entre les deux demies alors que l’équipe tirait de l’arrière 14-12. Il s’est assuré que tout le monde garde sa concentration et leur a fait comprendre que tout était encore sous contrôle.

Chapeau aux Titans. Premièrement, pour avoir gardé le cap sur l’objectif malgré l’adversité dans le match ultime et surtout, surtout de ne jamais renier son identité durant 60 minutes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s