Football collégial D2 : L’offensive au menu pour les 1/2 finales

Publié par

Crédit photo : Diane G. Séguin

Les quatre matchs de premier tour au football collégial D2 ont donné lieu à quatre histoires bien différentes. Toutefois, le dénominateur commun pour trois des quatre équipes victorieuses est leur force en attaque. Il sera donc fort intéressant de voir les matchs de 1/2 finales où le potentiel explosif sera bien présent.

Football collégial D1 : 3 équipes de l’Est en 1/2 finale

Football collégial D3 : Rencontres au sommet

Édouard-Montpetit vs. Montmorency 13 novembre 13h

Les Lynx d’Édouard-Montpetit et les Nomades de Montmorency sont deux équipes aux capacités offensives très élevées. Leur confrontation sera un must pour les fans de jeux explosifs. Et pour arriver à se qualifier pour les demi-finales, elles ont bien utilisé leurs armes.

Les Lynx d’Édouard-Montpetit affrontaient les Lauréats de Saint-Hyacinthe en première ronde. Certainement un des matchs les plus attendus de la dernière fin de semaine. L’attaque de l’équipe de Nicholas Melsbach mise sur deux des plus grandes menaces offensives du circuit en Frédérick Hachey et Benjamin Viau. Mais en face, ils avaient devant eux l’équipe qui avait accordé le moins de points cette saison en plus d’une attaque aérienne qui ne souffrait d’aucun complexe. Le résultat a été spectaculaire.

Frédérick Hachey / Crédit : Michael Pigeon

Le pointage de 35-34 nous donne une bonne idée de la tension qu’il y avait dans l’air de St-Hyacinthe durant le match. Et ça a duré jusqu’à la toute fin. Avec un retard de 35-28 et 31 secondes à faire, les Lauréats ont inscrit un touché. L’entraîneur-chef Sébastien Deschamps a voulu profiter du momentum pour jouer le tout pour le tout en tentant une transformation de deux points. Le quart-arrière a porté lui-même le ballon, mais le demi de coin des Lynx Emil Barthélémy a réussi à faire perdre le ballon à Vincent Boyer et celui-ci a ensuite été recouvré par son coéquipier Anthonin St-Pierre dans la zone des buts. Le match a pris fin après qu’Édouard-Montpetit ait récupéré le botté court tenté par les Lauréats à la reprise.

Lors de ce match, Frédérick Hachey s’est démarqué avec neuf réceptions pour 153 verges et deux touchés. Son coéquipier Benjamin Viau a ajouté 121 verges au sol. Et le quart Charles-Antoine Lemieux a complété près de 70% de ses passes, lancé trois touchés sans être victime d’une seule interception pour les gagnants. Pour les Lauréats, l’attaque est venue d’un joueur qui n’était apparu sur les radars qu’au dernier match de la saison régulière, le porteur de ballon Xavier Roy avec 176 verges de gain au sol et un touché. Les trois interceptions lancées par le quart Vincent Boyer auront certes été un facteur clé dans le résultat.

Pendant ce temps, sur le terrain du collège Montmorency, la journée de travail a été moins stressante pour Frédérick Morissette et sa bande. Non seulement l’attaque roulait à plein régime, mais la défensive s’est montrée intraitable en n’accordant que 173 verges aux Diablos de Trois-Rivières et en interceptant le quart Simon Brunelle à quatre reprises.

Victor Charland et le centre Ruben Serpa / Crédit Julie Morissette

Le quart des Nomades Victor Charland a complété les deux tiers de ses 36 passes tentées, pour 344 verges, dont 19 au duo Olivier Cool-Zachary Long. En ajoutant à cela les 91 verges et les deux touchés au sol de Peter-Andy Tipaldos, le portrait était bien dressé pour expliquer la victoire sans équivoque de 35-2.

Les armes offensives sont clairement en grande forme et c’est bon signe pour les amateurs. Est-ce que ça l’est autant pour les coordonnateurs défensifs? C’est une autre histoire. D’un côté, la défensive des Nomades affiche complet. Les frères Gabriel et Samuel Morissette, Tristan Dongue, Thomas Dussault, Diego Arenas, LP Gauthier et compagnie sont en forme. C’est moins évident pour les Lynx. Au total, ce sont huit partants qui sont blessés au sein de l’équipe dont les secondeurs Jules Gaudet, leur meilleur plaqueur cette saison, et Maxime Perron ainsi que le demi de coin Anthony Turenne. La clé de ce match pourrait se jouer là.

Sherbrooke vs. John Abbott 13 novembre 19h30

Un match entre la défensive et l’attaque. Les Volontaires de Sherbrooke forment une redoutable machine défensive avec à leur tête l’ailier défensif Jérémie Duchesneau, le secondeur Emerik Charron et le demi de coin Léo Roy. Cette machine sera mise à rude épreuve samedi soir prochain alors qu’ils recevront la visite des Islanders de John Abbott, premiers au classement de la section Sud-ouest et de loin l’offensive la plus prolifique du circuit D2 cette saison avec une moyenne de plus de 35 points par match.

Carl-Émile Dubois-Farrar / Crédit : Benoît Dandurand

Les Volontaires ont bien fait leur travail en fin de semaine dernière, limitant le Noir et Or de Valleyfield à un seul touché dans une victoire de 20-10. Samuel Goulet-Ménard et son receveur Carl-Émile Dubois Farrar ont connecté huit fois pour 86 verges. Nicholas Morin et Alexandre Mercier ont combiné leurs efforts au sol. Rien de spectaculaire, mais ce fut efficace. Mais il faudra espérer davantage samedi prochain si on souhaite se rendre en finale. Parce que les Islanders vont inscrire des points. Sherbrooke devra répliquer.

Quoique la grande force des Islanders de John Abbott soit le jeu au sol, sa défensive est très solide également. Les Volontaires devront trouver un moyen d’éviter le secondeur Luca Ruffolo ainsi que ses coéquipiers Carter, Karagiannakis, Lessard et Miron.

Pour John Abbott, le secret de leur succès est tout sauf secret, Shawn Valentine. Après avoir complété la saison avec plus de 1100 verges au sol, le vétéran en a ajouté 188 et deux touchés face à Thetford dans leur victoire de 46-13. Son partenaire Étienne Barrière a quant à lui amassé 166 verges par la course. La seule chose qui a arrêté Valentine cette saison a été une blessure.

Luca Ruffolo et Scott Miron / Crédit : Diane G. Séguin

Est-ce qu’une surprise est envisageable? Oui, évidemment. Mais c’est bien, à mon avis, ce que ce serait, une surprise s’il fallait que Sherbrooke élimine John Abbott. Les hommes de Patrick Gregory devraient donc aller en finale et une fois rendus là, ils se mesureront à une des deux seules équipes à les avoir battus cette saison. Et ce sont certainement les deux seules équipes à avoir les munitions offensives pour répliquer aux Islanders.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s