Football RSEQ – Semaine #3 : Des surprises ou le début d’une nouvelle ère?

Publié par

Crédit photo : Yves Longpré

Avant d’amorcer la saison 2021, à peu près tous les fans de football universitaire du Québec auraient parié que l’affrontement entre les Carabins et le Rouge et Or de la semaine 4 allait déterminer laquelle des deux équipes s’en retournerait avec une première défaite à sa fiche. C’était sans compter sur ceux qui croyaient que les choses pouvaient se passer autrement.

Les Stingers de Concordia et le Vert et Or de Sherbrooke ont profité de la dernière fin de semaine pour ébranler les colonnes du temple en prenant la mesure des deux puissances du football québécois. Pour la première fois depuis 2002, Carabins et Rouge et Or ont tous deux subi la défaite lors d’une même fin de semaine.

La surprise de vendredi soir au CEPSUM était grande. Je me suis même permis d’espérer publiquement que le Vert et Or l’emporte face au Rouge et Or question de déranger l’ordre établi depuis près de 20 ans maintenant. Mais je n’aurais jamais gagé là-dessus. En effet, McGill est la dernière équipe à avoir remporté le titre québécois à ne pas être le Rouge et Or ou les Carabins. C’était en 2002.

Mais ces résultats sont-ils seulement des surprises simultanées ou le début d’un renouveau pour le football universitaire québécois? Les entraîneurs de Sherbrooke, Concordia et McGill vous diront que le revirement de situation est loin d’être complété, mais qu’il est bel et bien amorcé. Le travail réalisé depuis plusieurs années au niveau du recrutement commence à porter ses fruits. Et on peut penser qu’après ces performances, nombreux seront les joueurs collégiaux qui y penseront deux fois avant d’écarter ces équipes de leur plan pour la poursuite de leur carrière. À suivre…

Cependant, outre la surprise et l’enthousiasme que les victoires de Concordia et Sherbrooke ont suscité chez les amateurs, voici mes impressions des deux matchs.

Concordia 31 – Montréal 28

1- Les Carabins ont amorcé le match en force et Jonathan Sénécal semblait se diriger vers une autre performance stellaire. Après le premier quart, il avait complété 7 de ses 11 passes pour 114 verges et deux touchés, dont un spectaculaire sur une passe de 43 verges à la recrue Hassan Dosso. À cela, s’ajoutaient 86 verges par la course. Le pointage était alors de 17-0.

2- Le meneur pour les gains au sol au football universitaire québécois en 2019, Ryth-Jean Giraud a tenté un retour au jeu après avoir raté le premier match de la saison. Malheureusement, il n’a pas complété la rencontre.

3- Au début du 4e quart, le joueur de ligne offensive Marc-Antoine Houde a subi une grave blessure qui a nécessité l’intervention des ambulanciers. Le match a dû être retardé d’une trentaine de minutes. Souhaitons un prompt rétablissement à l’étudiant en enquête et renseignement.

4- Après le 2e touché des Carabins, alors qu’il restait 2:47 à faire au 1er quart, l’offensive d’Anthony Calvillo n’a pu faire mieux que 4 points en 14 possessions. Il faut lever notre chapeau au coordonnateur défensif Ed Philion et sa troupe qui ont su apporter les ajustements nécessaires et limiter les longs jeux. Les Carabins n’ont obtenu qu’un seul gain de plus de 20 verges après le premier quart alors qu’ils en avaient obtenu quatre lors des douze premières minutes et quart de jeu.

5- Je mentionnais la semaine dernière qu’Olivier Roy, le quart-arrière des Stingers, allait être intéressant à suivre s’il pouvait gagner en confiance. Visiblement, il n’a pas mis de temps à trouver ses repères. Après avoir été bousculé par la défense du Rouge et Or, il semble que le filiforme pivot a pris des notes. Il a terminé le match en complétant 77% de ses passes pour 323 verges et 4 touchés en plus de récolter 42 verges au sol, un sommet chez les siens. Très, très peu de gens auraient prédit qu’il volerait la vedette à son vis-à-vis Sénécal avant la rencontre.

6- À son premier match de la saison, Jeremy Murphy a été la cible favorite de Roy avec 9 attrapés pour 95 verges et deux touchés. Le premier des deux touchés de la recrue offensive de l’année 2019 est survenu immédiatement après le touché de Nicky Farinaccio. Celui-ci avait ramené dans la zone des buts un ballon échappé par Jacob Salvail sur un retour de botté de dégagement. Ce qui portait le pointage à 24-10 en faveur des Carabins. Cette réplique couronnait une séquence de 70 verges et a permis aux Stingers de continuer de croire en leurs chances et surtout de tuer le momentum que les Carabins auraient pu se bâtir.

7- Au tout début du 4e quart, le botteur Benjamin Lies a réussi un placement de 17 verges qui donnait une avance de 10 points aux Bleus. Puis, après une première séquence offensive qui n’a rien donné, les Stingers ont profité des deux suivantes pour inscrire des touchés en traversant le terrain sur 75 et 86 verges respectivement. À noter que ce sont les deux séquences qui ont suivi le long temps d’arrêt suite à la blessure de Marc-Antoine Houde. Sur ces deux séries offensives, le quart Olivier Roy a mené les siens étant 10 en 11 dans ses tentatives de passes pour 148 verges.

8- Après que Concordia ait pris les devants avec 2:13 à jouer, la défensive s’est levée alors que les deux possessions suivantes des Carabins se sont conclues par des interceptions du demi de 4e année Derek Achaempong et du secondeur recrue Joel Therrien. Et lorsque les Carabins ont repris le ballon pour une dernière fois avec 30 secondes à faire, le travail de la tertiaire combiné à la pression du front défensif ont complètement menotté Sénécal et les Carabins.

9- Les joueurs des Carabins ont récupéré trois échappés dans la rencontre. Il y a bien sûr eu celui de Farinaccio pour le touché, mais également Philippe Lemieux-Cardinal et Pierre-Gabriel Germain qui en ont réussi un. Ce dernier a de plus ajouté 7,5 plaqués, un sommet dans la rencontre. Du côté de Concordia, c’est Khadeem Pierre qui a terminé le match avec le plus de plaqués, soit 6 en plus de rabattre une passe.

10- Il s’agissait de la première victoire des Stingers face aux Carabins depuis 2010.

Laval 17 – Sherbrooke 23

1- La première chose à dire est que le Vert et Or n’avait jamais gagné un match contre le Rouge et Or. JAMAIS. En 32 matchs, une fiche de 0-32. Cette triste séquence est maintenant chose du passé.

2- Sherbrooke avait déjà empêché l’attaque de Laval d’inscrire un touché lors d’une défaite de 14-1 le 24 août 2018. Mais il s’agissait du premier match depuis le 8 septembre 2018 au cours duquel le Rouge et Or n’inscrivait aucun touché dans une rencontre. Une victoire de 12-7 contre les Carabins.

3- Le deuxième quart a été presque parfait pour la troupe de Mathieu Lecompte. Après les 15 premières minutes, les défensives avaient tenu le haut du pavé alors que le Rouge et Or ne menait que 2-0. À la mi-temps, l’avance du Vert et Or était de 20-9.

4- Malgré un touché inscrit sur une course de 67 verges de Pier-Olivier Cadoret, l’attaque au sol du Vert et Or a conclu la rencontre avec un total de 42 verges. Après des matchs de 24 et 37 verges lors de ses deux premières rencontres, il y a lieu de se poser de sérieuses questions sur cet aspect du jeu à Sherbrooke.

5- À ses deux premiers matchs, le Rouge et Or avait cumulé des moyennes de 8,4 et 8,5 verges par course face aux Redbirds et aux Stingers contre qui ils avaient couru 19 et 22 fois respectivement. Lors du match face à Sherbrooke, le coordonnateur offensif Justin Éthier a amorcé la rencontre en utilisant régulièrement le jeu au sol et principalement sa meilleure arme à ce niveau, Joanik Masse. Avant que le Vert et Or n’inscrive son deuxième touché avec encore plus de 9:30 à jouer au 2e quart, l’attaque au sol lavalloise avait obtenu 72 verges sur 8 courses, une moyenne de 9 verges par portée. Je suis curieux de savoir pourquoi, on a si rapidement laissé tomber cet aspect du livre de jeu. Les visiteurs n’ont couru avec le ballon que 5 fois pour le reste de la partie.

6- Thomas Bolduc a décoché 54 passes dans la rencontre. On a dû jouer du football de rattrapage et ce n’est clairement pas dans les habitudes de la maison à Laval. Mais c’était peut-être un peu trop demander. Oui, Bolduc a complété 36 de ces passes pour 366 verges, mais il n’en a complété aucune pour des touchés en plus de lancer trois interceptions. À cela, il faut ajouter que plus le match avançait, plus on l’a vu manquer de précision à des moments clés.

7- Charles Giroux qui était de loin la cible favorite d’Anthony Robichaud depuis le début de la campagne a été étroitement surveillé et il a dû se contenter d’un seul attrapé pour 12 verges. Il a tout de même touché au ballon sur les unités spéciales retournant six bottés de dégagement pour 73 verges, dont un retour de 36 verges. Ce jeu mettait la table pour une séquence qui a mené à un placement au 2e quart.

8- C’est le duo d’anciens d’André-Grasset qui a pris la relève de Giroux. William Marchand et Emilio James Leclair ont combiné leurs efforts pour 11 attrapés et 161 verges. Par contre, le meilleur receveur du match fut sans contredit la recrue étoile du Rouge et Or Kevin Mital – un autre ancien des Phénix d’André-Grasset – avec 11 passes captées pour 180 verges.

9- Le coordonnateur offensif du Vert et Or a présenté des jeux intéressants durant la rencontre alors que les deux quart-arrières, Robichaud et Cloutier étaient alignés en même temps sur le terrain.

10- Émile Malenfant fait un travail extraordinaire en remplacement de Vincent Blanchard comme botteur. Il a inscrit 12 des 17 points du Rouge et Or. Son vis-à-vis Louis Tardif en a inscrit 11, dont deux placements de plus de 40 verges profitant d’un vent avantageux au 2e quart.

11- L’étoile défensive du match va au demi de coin du Vert et Or Justin Valiquette-Dion. L’ancien des Nordiques de Lionel-Groulx a obtenu 7 plaqués, une interception et rabattu deux passes. Son coéquipier le secondeur Jean-Philippe Hudon a également connu un excellent match avec 6,5 plaqués et un sac. Le demi Tommy Roadley Trohatos a ajouté 6 plaqués et une interception pour le Vert et Or. Cristophe Beaulieu (sans h après le C) a quant à lui été le meilleur en défensive pour le Rouge et Or avec sept plaqués dont deux pour perte.

La semaine prochaine, Concordia rendra visite à McGill alors que le choc Montréal-Laval aura lieu au stade Telus et sera présenté sur les ondes de TVA Sports. Les deux équipes auront le couteau entre les dents et feront tout pour éviter une deuxième défaite consécutive.

La saison dernière, les Carabins ont perdu deux matchs de suite en fin de saison, mais on a tout de même réussi à se rendre en finale de la coupe Vanier. Du côté du Rouge et Or, il faut reculer à plus de 20 ans pour voir l’équipe perdre deux matchs de suite.

De son côté, Sherbrooke pourra savourer sa victoire plus longtemps puisque l’équipe aura congé avant de rendre visite à Concordia la semaine suivante.

Les joueurs, les coachs et les fans avaient hâte de revoir du football universitaire et l’enthousiasme ne pourra que grimper d’un autre rang avec les résultats que nous avons. La saison sera très intéressante jusqu’à la fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s