Football RSEQ : Les surprises s’accumulent

Publié par

Crédit photo : Carabins/James Hajjar

Je me répète, mais quelle fin de semaine encore une fois au football RSEQ! Les Carabins qui gagnent à Laval, les Spartiates se font écraser en collégial D1 et le Noir et Or, malgré un sans-faute en saison régulière, ratera une première finale en quatre ans en D2. Mes impressions…

1- Mea culpa. Comme bien du monde, je me suis laissé aller à croire que le Rouge et Or ne pouvait plus être battu avant la coupe Vanier après qu’il ait réduit au silence les Carabins le 20 octobre dernier. J’étais convaincu que l’attaque des Bleus n’avait pas ce qu’il fallait pour gagner. C’est pour ça qu’on joue la game, dit-on.

2- Frédéric Paquette-Perreault qui a pris la place de Dimitri Morand à la barre de l’attaque des Carabins à partir de la défaite face à Sherbrooke en a mis plein la vue. Pas tellement que ses statistiques de 16 en 25 pour 203 verges soient si spectaculaires, mais sa façon de diriger l’attaque, de courir avec autorité et de percer rapidement la défense de Laval ont dicté tout le reste de la partie.

Après les deux premières séquences à l’attaque qui s’étaient soldées par deux jeux et un dégagement, FPP a orchestré des poussées de 94 et 75 verges qui ont mené aux touchés de Kaya et Giraud. Le premier quart s’est terminé 14-3 et le reste a été l’affaire de la défense.

3- Le Rouge et Or a pourtant amassé 351 verges par la voie des airs, mais quand est venu le moment de soutenir de longues séquences, ça n’a que trop rarement fonctionné pour Thomas Bolduc et compagnie. Est-ce que le fait que Montréal ait pris les devants tôt dans la rencontre a obligé Justin Éthier à modifier son plan de match? Je ne saurais le dire, mais quand on lance 52 fois et qu’on ne court qu’à 14 reprises, on peut devenir prévisible.

4- Sur 34 situations de 1er et 10, le Rouge et Or a amorcé sa séquence avec un jeu au sol à huit reprises. Trois fois seulement sur ces huit occasions, le porteur de ballon a obtenu plus de 4 verges. Ceci peut expliquer cela. De son côté, Montréal a couru 28 fois et passé à 25 occasions. C’est souvent une statistique qui indique l’allure d’un match.

5- Très hâte de voir ce que l’avenir réserve à Kétel Assé et Adam Auclair. Deux formidables joueurs de football.

6- La prochaine étape pour les Carabins, la coupe Uteck. Les Bleus iront alors en Nouvelle-Écosse pour tenter d’infliger une première défaite cette saison à Acadia. Ces derniers ont vaincu les Gaiters de Bishop’s en finale de l’Atlantique. Et oui, on a passé près d’avoir un match tout québécois. Mais les Axemen étaient trop forts cette saison. Ils attendront les Bleus de pied ferme.

7- Le collégial D1 n’en finit plus de nous offrir des surprises et la plus grande d’entre toutes est probablement la victoire de 31-2 des Cougars de Champlain-Lennoxville sur les puissants Spartiates du Vieux-Montréal. J’avais écrit il y a quelques semaines que je considérais les Cougars comme une équipe qui allait être désagréable à affronter en éliminatoires, mais pas au point d’éliminer coup sur coup Grasset et Vieux-Montréal.

Il faut absolument lever notre chapeau au travail de la défense des Cougars. Limiter le joueur par excellence de la saison Arnaud Desjardins à 86 verges sur 22 passes tentées en plus de l’intercepter une fois, museler le receveur étoile Malick Meiga qui termine avec deux réceptions pour 27 verges et ralentir le prolifique Kalenga Muganda à 100 verges, soit 4,8 vgs par course (il avait maintenu une moyenne de 147 vgs par match et 9 verges par course en saison) est un exploit que personne ne pouvait prédire.

Mais ne sous-estimons pas le pouvoir du désir de vaincre. Les Cougars avaient un affront à laver. La défaite de 54-0 subie en lever de rideau cette saison était une gifle terrible au visage de l’équipe de Jean-François Joncas. Qui plus est, on peut légitimement croire que les Spartiates pouvaient avoir pris leurs adversaires à la légère.

Questionné sur ce qui s’est passé durant la rencontre, Arnaud Desjardins a été clair : « Très mauvaise exécution. Mauvaise partie par tout le monde sur tous les aspects ».

Chez les Cougars, la recette a été la même que lors du match précédent en 1/4 finale. On court. Seulement 10 passes ont été tentées par Lukas Boulanger qui a plutôt gardé le ballon à 19 reprises amassant 93 verges au sol et inscrivant deux touchés. À 32 autres occasions, il a refilé le cuir ovale à Édouard Wanadi qui a complété la rencontre avec 173 verges de gain et un majeur.

Coach Joncas avait beau être fier de sa troupe après le match, il sait que le boulot n’est pas terminé.  » Notre défensive joue bien ces temps-ci et nous donne de bonnes positions de terrain. Les jeunes exécutent bien dans les trois phases du jeu. Mais, nous avons commis deux revirements face à CVM. Il faudra limiter les revirements face a Vanier ».

8- Car oui, ce sont les Cheetahs de Vanier qui auront l’occasion de se mesurer à Lennox en grande finale du Bol d’Or à Thetford samedi prochain à 15h. Vanier a complètement dominé CNDF 31-9 devant ses partisans.

Si le quart de CNDF Jérôme Rancourt peut être satisfait avec 27 passes complétées en 37 tentatives pour 245 verges et un touché, le jeu au sol n’a pas été à la hauteur pour l’épauler avec une mince récolte de 52 verges. Soulignons la contribution d’Alex Duff qui a capté 9 passes pour 108 verges et un touché.

Du côté de Vanier, Eloa Latendresse Régimbald a complété 23 de ses 31 passes pour 256 verges, un touché et une interception en plus de récolter 47 verges au sol. Toutefois, l’excellent Dwante Morgan a fait pencher la balance pour les Cheetahs avec ses 179 verges au sol et deux touchés. Juwan Edghill et Cédric Fiske-Casault ont respectivement attrapé 7 et 6 passes.

Les efforts de Mohamed Elshal – 15 plaqués, une interception – et William Naud – 11,5 plaqués – n’ont pas suffi pour ralentir la machine rouge qui a également pu compter sur son as en défense, Ben Labrosse, qui a complété le match avec 8 plaqués, une interception et une passe rabattue.

La logique me dit que Champlain-Lennoxville est sur une formidable lancée et que son jeu au sol mené par une ligne offensive extrêmement solide devrait encore une fois faire le travail. Mais le talent exceptionnel des joueurs de Vanier et leur pointage cumulé de 61-18 en deux matchs éliminatoires imposent le respect. Les spectateurs auront droit à un bon match entre les deux cégeps anglophones pour conclure la saison 2019.

9- Le Noir et Or de Valleyfield était double tenant du titre en D2 en plus de ne pas avoir subi la défaite depuis le 29 septembre 2018. Mais leur bête noire, les Lynx d’Édouard-Montpetit est venue jouer les trouble-fêtes en les battant 34-30. Les Lynx étaient la dernière équipe à avoir battu Valleyfield.

Édouard-Montpetit a contrôlé le temps de possession, mais le match est demeuré serré grâce à des jeux explosifs par Valleyfield dont une passe de 72 verges de Gabriel Cyr-Dandurand à Matthiew Visockis et deux autres de plus de 30 verges pour des touchés. Mais au final, c’est le jeu du quart des LynxTristan Rinaldis qui a fait la différence. En plus de compléter 22 de ses 33 passes pour 322 verges et deux touchés, il a cumulé 139 verges et inscrit deux autres majeurs au sol.

10- Les Lynx se mesureront aux Islanders de John-Abbott qui ont vaincu les Filons de Thetford par la marque de 28-8 privant ces derniers d’une participation à la finale devant leurs partisans.

Le quart de Thetford Louis Archambault a totalisé près de 300 verges par la voir des airs, mais les trois interceptions dont un retourné pour un touché ont coûté cher à son équipe. Du côté de l’équipe du West-Island, soulignons la performance du receveur Owen Bujarsky qui a capté six ballons pour 126 verges.

11- Les Lynx qui ont terminé au 6e rang du classement général ont battu coup sur coup les équipes classées #3 (Trois-Rivières) et #1. Mais pourront-ils compléter la trifecta face à une équipe qui les a battus 60-7 en septembre dernier? Si on se fie à ce qu’on a vu en D1, tout est possible.

12- En D3, la logique a été respectée alors que Jonquière se mesurera à Saint-Hyacinthe. Jonquière a vaincu Ahuntsic 25-10 et Saint-Hyacinthe a pris la mesure de Chicoutimi 51-29. La finale devrait offrir du jeu au sol alors que le trio Musa Halafu, Fortin et Keita (1786 verges / 19 touchés) pour Jonquière voudra prouver qu’il est plus fort que celui de Saint-Hyacinthe composé des Guay, Pelltier et Reynolds (1187 verges / 11 touchés).

13- En Juvénile D1, les Condors de Saint-Jean-Eudes ont défait les Cactus de Notre-Dame par la marque de 39-2. Très, très grosse performance du porteur Mathieu Roy qui a complété le match avec 254 verges de gain et trois touchés. Les Condors affronteront le Collège Charles-Lemoyne qui a vaincu le Séminaire St-François 30-24 en prolongation. Le receveur Andreï Délinois s’est illustré avec 10 réceptions pour 189 verges et un touché.

14- Enfin, je termine en soulignant la victoire des Dragons du Collège Saint-Jean-Vianney en grande finale dans la division cadet Laurentides-Lanaudière. C’est l’occasion pour moi de féliciter mon fils, ses coéquipiers et ses entraîneurs menés par Jean-François Charlebois pour l’extraordinaire travail accompli durant la saison. Bravo!

Bonne fin de semaine du Bol d’Or à tous les participants, mais également à tous les organisateurs à Thetford qui permettront, j’en suis certain, à des centaines de jeunes de vivre une expérience qu’ils garderont en mémoire très, très longtemps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s