William Moylan, un nouveau Carabin équipé pour le défi

Publié par

Le 9 mai dernier, les Carabins de l’Université de Montréal annonçaient l’arrivée de William Moylan à titre de coordonnateur du sport d’excellence. En poste officiellement depuis le 1er juin, M. Moylan prend le flambeau des mains de Jean-Pierre Chancy. Ce dernier oeuvrait chez les Carabins depuis 1989. Il continuera d’ailleurs à jouer un rôle de conseiller auprès de William Moylan afin d’assurer la transition. Portrait d’un homme qui évolue à une position névralgique.

Un parcours professionnel bien garni

Ancien membre de l’équipe de natation des Gee-Gees d’Ottawa de 1996 à 2000, William Moylan est un compétiteur dans l’âme et son amour pour le sport de haut niveau a jalonné son parcours professionnel. Après l’obtention de son baccalauréat en commerce, il a travaillé au sein d’importantes entreprises privées durant six ans avant d’abandonner cette carrière pour devenir entraîneur à temps plein de l’équipe canadienne féminine en volleyball de plage. Il faut savoir qu’après avoir porté les couleurs de l’équipe de volleyball du Collège Saint-Alexandre, à Gatineau, il avait pris la décision de se diriger vers le coaching dès l’âge de 16 ans. De 2006 à 2012, il a ainsi voyagé partout sur la planète pour accompagner des athlètes comme Marie-Andrée Lessard, Sarah Maxwell et Annie Martin.

Après les Jeux de Londres en 2012, alors que Lessard et Martin prenaient leur retraite sportive, il était temps de reprendre un rythme de vie plus stable. Moylan a participé à l’organisation des Jeux du Canada à Sherbrooke en 2013 avant d’accepter un poste de Conseiller en planification, événements sportifs et pratique sportive pour la Ville de Montréal.

À ce titre, il conseillait les élus pour le bon déroulement des grands événements sportifs et dans les ententes avec les promoteurs. Il a notamment participé à l’organisation d’événements majeurs comme les étapes des coupes du monde de triathlon, de ski de fond et de cyclisme ainsi qu’à la candidature de Montréal pour la tenue de matchs en vue de la Coupe du monde de soccer 2026. Il a également été directeur du championnat du monde de gymnastique artistique présenté en 2017 au Stade olympique.

Son entrée dans la famille des Carabins

En fait, ce ne sont pas les projets stimulants qui manquaient à Moylan. Mais l’opportunité de retourner dans le sport d’excellence et de travailler avec la directrice Manon Simard étaient idéales. Il faut savoir que Simard et Moylan avaient développé une bonne complicité lors de l’organisation d’un hommage au président du CIO Thomas Bach. L’Université de Montréal lui avait alors décerné un doctorat honoris causa dans le cadre des festivités entourant l’inauguration de la Maison olympique en 2015.

L’ouverture du poste de coordonnateur au sport d’excellence chez les Carabins était une occasion unique d’allier ses expériences, ses expertises et ses intérêts. « Etre un Carabin, c’est prestigieux et travailler avec Manon Simard me permettra de me développer davantage au niveau professionnel », nous dit le principal intéressé.

Pour le moment, Moylan prévoit prendre la première année de son mandat pour se familiariser avec tout le monde. « Les Carabins, ce sont 26 équipes, 26 entraîneurs, 26 budgets. Avant de penser à contribuer, je dois développer des liens », ajoute-t-il.

Le développement académique avant tout

La vision chez les Carabins est axée principalement sur le développement académique des étudiants-athlètes. « L’objectif est de former les leaders de demain. Contrairement à la NCAA qui est une business, le sport universitaire canadien est centré sur le développement académique. »

Quand on interroge M. Moylan sur le développement du sport universitaire, il répond ainsi : « Il faut voir le sport universitaire comme l’ensemble du sport amateur. Démontrer que ça dépasse les Jeux olympiques est un combat de tous les jours. C’est certain qu’il y a de la représentation à faire pour promouvoir le sport, mais attirer l’attention dans une ville comme Montréal, ce n’est pas facile avec l’ensemble des événements sportifs et culturels qui sont offerts. » Et il ajoute en parlant de la possibilité de former une division d’élite pour le football canadien ou celle de se joindre à la NCAA : « La priorité est de consolider ce qu’on a au Canada et de bonifier ce qui est déjà offert. On a un excellent produit ici. »

Évidemment, M. Moylan en est encore à ses balbutiements avec sa nouvelle organisation. Il est donc difficile pour lui de se prononcer sur les actions qu’il souhaite poser pour promouvoir les Carabins et le sport universitaire plus largement. Tout comme il peut difficilement se prononcer sur les objectifs à long terme du sport d’excellence à l’Université de Montréal.

Toutefois, on sent que Moylan est prêt pour remplir les fonctions qu’il devra assumer. Un mélange d’enthousiasme et de pragmatisme transparaît lors qu’il nous dit : « Dans un monde idéal, il y aurait encore plus de sports (NDLR : du basketball notamment???), mais les enjeux financiers et les contraintes d’utilisation des installations doivent être pris en compte. Ceci dit, il y a certainement une réflexion à faire ».

Nous aurons l’occasion de discuter à nouveau avec William Moylan. Le duo qu’il forme avec Manon Simard a tout ce qu’il faut pour assurer un développement à long terme du sport d’excellence dans cette grande institution qu’est l’Université de Montréal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s